Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Ce que les Béninois reprochent à Talon face à l’impuissance de la justice à briser la mafia foncière : La plupart des criminels défendus par le cabinet de son ministre Quenum

L’éléphant annoncé est arrivé avec un pied cassé, dit-on. Ici, il n’est même pas arrivé à destination, il a seulement été annoncé. Et plus rien. Tel est le sort de la Cour spéciale des affaires foncières annoncée depuis des mois et dont l’annonce a été comme de l’essence versée sur le feu. Et pour cause, la mafia foncière a plus poussé d’ergots et les grands criminels fonciers plus royalistes que le roi car aujourd’hui en terrain conquis narguant les pauvres victimes qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Tout simplement parce que la justice semble devenir incapable à maintenir ces gros criminels dans ses liens malgré les preuves accablantes pesant sur eux. Et à voir comment tout dernièrement ces criminels ont réussi à se tirer d’affaire, le peuple devient du coup assommé. Car le mode opératoire pour les criminels semble connu et ils se le passent les uns aux autres : se faire défendre par les avocats du cabinet du garde des sceaux et ministre de la justice Séverin Quenum. C’est aussi simple que ça.

Dans ces conditions, quelle objectivité attendre d’un magistrat dont la promotion dépend de son ministre de tutelle, Severin Quenum. Que peut-il dire pour battre en brèche le plaidoyer des avocats du cabinet de Quenum ? Il ne peut que le gober, donner raison à l’avocat de l’accusé au détriment de la victime la pile de preuves s’écroule subitement tel un château de cartes.

Avec des criminels comme Fifando aussi laid au sens propre comme au figuré, qui savent aujourd’hui qu’il faut choisir le cabinet du ministre Quenum pour leur défense, comment le président tellement engagé dans sa lutte pour la bonne gouvernance et la justice, peut-il laisser un tel entre faix ?

Il urge que le président Talon mette de l’ordre dans cette maison afin que justice soit rendue aux victimes et que la prison accueille enfin ses vrais pensionnaires actuellement en liberté pour avoir su se faire défendre par le cabinet de Quenum.

C’est cette défense des criminels de la mafia foncière qui irrite les populations et qui justifie l’échec de la lutte contre la mafia foncière au Bénin.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR