Le Béninois Libéré
Image default
Politique Société Takou

Cafouillage dans la gestion du personnel douanier béninois : HINKATI, LE TROU NOIR DE LA RUPTURE

(Le plus mauvais casting de Talon depuis sa prise de pouvoir)

Pour grands que soient les rois, ils sont, disait l’autre, ce que nous sommes. Ils peuvent alors se tromper comme les autres hommes. Patrice Talon n’aura donc pas échappé à ce presque axiome de la vie en bombardant l’auditeur Alain Hinkati à la tête de l’Anatt puis de la prestigieuse institution douanière béninoise.

Nommé en conseil des ministres le mercredi 22 septembre 2021 à la tête de la Douane, Alain Hinkati était déjà à la tête de l’Anatt où il avait fait accoucher de la plus grosse bourde de la Rupture en faisant croire dans une confusion totale, à une affaire de scandale en bois évalué à des pertes en dizaines de milliards.

Mais très tôt, cette annonce explosive a révélé ses limites et les usagers inquiétés dans ce montage ont vite été sauvés par le président de la République dans un rattrapage salvateur.

Chose curieuse, il a été bombardé comme c’était déjà programmé, à la tête de la douane béninoise et a pris les commandes de la maison en fin de matinée du vendredi 24 septembre 2021 en présence du directeur de cabinet du ministre d’État chargé de l’Économie et des Finances, Hermann Takou.

Mais le fruit au fil des jours, n’a pas tenu la promesse des fleurs. En dehors  de cette lutte aveugle et antisociale contre l’essence de contrebande comme pour favoriser les promoteurs des stations-services du  secteur officiel du pétrole, rien de positif n’a marqué le séjour de Hinkati à la tête de la douane béninoise.

Le plus regrettable est sa non-maîtrise de la  gestion du personnel. Il y a quelques semaines, le Drh de la douane avait déjà fait signer une affectation. Mais le tout- puissant Dg a fait rapporter celle-ci au motif qu’il n’aurait pas été contacté pour prendre le leadership dans la délibération finale avant de la  publier.

Cette fois-ci c’est le Dg Hinkati lui-même qui a signé hier d’autres affectations et les a aussitôt rapportées comme l’indique la date de signature du titre des affectations qu’il a signées. Et c’est le même jour de la signature du document qu’il revient sur sa décision  comme pour confirmer que l’improvisation a pris les rênes de cette maison.

Même son adjoint sénégalais recruté à prix d’or, s’en désole et se demande comment lui pourra faire des chiffres dans cet imbroglio fait de grosse tête, de m’as-tu vu d’un directeur qui n’écoute personne et qui connaît tout. Mais comme il appartient au cercle des  jeunes du président Talon, personne n’aime le contredire. C’est le fils du président. C’est Talon en miniature. C’est monsieur « je sais tout ».

Un « je sais tout » dont souffre maintenant l’Anatt avec la livraison des plus vilaines plaques d’immatriculation dont les couleurs roses des taxis deviennent en moins de deux mois, blanches comme celles des véhicules privés.

Ce n’est même plus étonnant aujourd’hui de voir dans la circulation, un camion avec une plaque d’immatriculation de couleur blanche. Ne vous inquiétez pas. C’est la couleur rose qui a été bouffée par le soleil en deux mois comme cela n’a jamais été le cas au Bénin depuis les indépendances.

À cela, il faudra ajouter la lourdeur administrative jamais égalée de plus d’un mois pour avoir sa plaque d’immatriculation. La réforme Hinkati est simplement un drame qui colle à la peau de la Rupture comme une lèpre.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR