Le Béninois Libéré
Image default
Economie

Bénin/Visite de la Zone industrielle de Glo-Djigbé : Un hub industriel sous-régional sort de terre

Le directeur général de l’Apiex, Laurent Gangbès et le directeur de la Sipi, Létondji Béhéton ont invité les professionnels des médias, a une séance d’échange, d’information et de visite ce vendredi 8 juillet 2022 à la Zone industrielle de Glo-Djigbé Zè. Objectif faire connaitre la zone aux hommes des médias afin qu’ils puissent s’imprégner de tout ce qui s’y fait, communiquer autour de ce joyau qui est un futur maillon de l’économie béninoise en pleine mutation.

La zone industrielle de Glo-Djigbé Zè est un projet pensé par le chef de l’Etat au début de son premier quinquennat en 2017. Et après une tournée de par le monde pour faire un état des lieux en tenant compte des forces et faiblesses des zones industrielles des grands pays, ce projet a été lancé en 2021. Il est prévu sur une superficie de 1640 ha divisé en trois phases. Seulement à un an et demi de travail, les parcelles des 400 ha de la première phase sont déjà attribuées. Les entreprises ayant rempli toutes les conditions et reçu l’agrément, ont six mois pour s’installer.  Certains le font déjà. Par ailleurs, dans 18 mois, toutes les usines seront sur pieds; ce qui inclut une forte mobilité et plein d’emplois à créer, rassurent les directeurs de la Sipi Létondji BEHETON et de l’Apiex Laurent GANGBES.

Le projet a pour principal partenaire, l’entreprise Arise (expérimentée dans la construction des zone industrielles) qui détient 64 % du taux d’engagement dans l’exécution du projet, donc assure tous les travaux de construction à l’intérieur de la zone. Quant au gouvernement béninois, il assure tous les travaux à l’extérieur de la zone avec un taux d’engagement de 36%. Cependant, l’Etat s’engage à s’investir dans 04 domaines majeurs que sont : l’eau, l’énergie, la fibre optique et les routes.

Plusieurs entreprises exerçant dans différents secteurs seront installées dans la zone industrielle de Glo-Djigbé Zè. On peut citer entre autres les usines de transformation de noix de cajou et de coton (déjà en construction), des usines de production de motos électriques et de produits pharmaceutiques. En plus de la zone industrielle, une zone commerciale, une zone résidentielle et un guichet unique sont les infrastructures et services prévus au sein de la GDIZ.

La zone industrielle de Glo-Djigbe Zè va générer 300.000 emplois directs et 700.000 emplois indirects d’ici à 30 ans. Mais en attendant 12.000 emplois sont prévus d’ici à fin 2022. Ce projet a été conçu pour changer de façon fondamentale l’économie du pays basée sur la transformation des ressources agricoles et minières, a fait savoir le directeur de l’Apiex Laurent GANGBES. Son homologue de la SIPI Létondji BEHETON demande à tous les Béninois de croire en ce projet pensé et conçu pour la révélation du Bénin et le bien de sa population. Il rassure qu’avec l’évolution des travaux, toutes les phases pourraient être achevées d’ici à 5 ans. « Cette zone économique compte promouvoir assez de jeunes. J’invite toute personne désireuse de travailler à la GDIZ à se rendre sur la plate-forme www.azoli.bj pour s’y inscrire».  La zone industrielle de Glo-Djigbé Zè n’est pas un rêve mais une réalité, a-t-il conclu.

Gloria AKOAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR