Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Bénin/Long séjour carcéral de l’Amazone Réckya Madougou : QUE DIT CLAUDINE TALON À CE SUJET ?

En dehors de quelques apparitions officielles aux côtés de son tendre époux qui l’aime très bien à voir dans son regard, la première dame n’intervient officiellement et visiblement pas dans les affaires publiques.

C’est comme Olivier Boko, notre Oscar Bravo national, qui n’est rien officiellement mais qui manipule comme personne la puce de décision incrustée dans le cerveau du président.

Derrière un grand homme se cache, dit-on, une grande femme. Madame Talon a donc tout pour influer le cours de vie de chaque Béninois si déjà elle peut changer facilement les décisions de son précieux mari.

On l’a vu faire du « Yovo-doko ». Et du bon « Doko ». Preuve qu’elle cuisine à merveille et appartient bel et bien au genre humain. Elle fait preuve de sentiments comme nous tous. Dire qu’elle est indifférente au cas de Réckya Madougou, est donc faux.

Elle y est consciente et place des mots. Toute chose qui peut pousser à croire que c’est parce qu’elle a voulu et jugé opportun, que Réckya Madougou est toujours en prison.

Dans ce cas, il faut maintenant chercher à comprendre les raisons de sa position si dure contre sa fille, la pauvre condamnée. Bien évidemment, personne ne peut dire clairement ce qu’elle reproche si tant à la mère de sa petite fille KIMORA pour être si à l’aise face aux souffrances de cette femme.

Mais qui mieux qu’une femme peut apporter la joie, la paix par le pardon dans un pays ? François de La Rochefoucauld n’a pas cru bien dire quand il avoua que la femme est une goutte de miel que le ciel a laissé tomber dans le calice de la vie pour en adoucir l’amertume.

Autant la femme Réckya Madougou n’est ni un mâle qu’un mal, autant madame Talon doit être cette goutte de miel pour adoucir cette amertume. C’est le contraire qui continue de gêner et qui commence par pousser les réflexions sur le rôle que joue peut-être la première dame dans cet interminable séjour carcéral de l’autre Amazone des temps modernes.

Ou bien pour avoir inspiré son époux à la réalisation de cette géante statue de l’Amazone, est-ce que c’est elle seule en dehors de feue Rosine Soglo, l’amazone nationale ? Et le fait que les partisans de la pensionnaire de Missérété lui donnent le titre d’amazone, n’est-il pas en train de jouer en contre celle qui attend les faveurs du couple présidentiel ?

Dans ce cas, Réckya Madougou n’est plus l’Amazone de la démocratie. Elle est juste la fille de l’Amazone du Bénin, Claudine Talon.

Talon n’a pas reçu son prédécesseur Yayi sans la bénédiction de la première dame. Tout le monde sait jusqu’où sont allés ces deux hommes. Réckya Madougou est incarcérée sur la base de soupçons. Les Béninois sont maintenant en droit de demander non seulement qu’elle soit libérée mais aussi que le président Talon la reçoive par la grâce de celle dont les volontés ont rang du divin, à ses côtés.

Croisons tous maintenant les doigts et orteils !!!

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR