Image default
Chronique Takou

Bande d’hypocrites qui n’ont jamais aimé Boni Yayi : Je vous ai eus (vous ne supportez pas plutôt la rigueur de Taïrou)

J’ai fait une provocation comme d’habitude, en couverture du journal « Le Béninois libéré » pour tendre les nerfs aux grincheux et ça n’a pas raté.

Sachez que je ferai demain, pire. Ça, c’est moi ça. Du Takou 100%. Mais je tiens à rappeler ceci. Vous n’avez jamais aimé Yayi. Ce serait le cas que vous auriez fait son choix en 2016 en votant massivement pour Zinsou.

Gourmands, paresseux, pervers et ingrats, vous aviez opté pour Talon, juste pour vous venger de Yayi qui n’était même plus candidat.

Vous aviez confondu Talon au père Noël qui viendra vous distribuer sa fortune. Maintenant qu’il est là pour la République et non pour vos magouilles, il n’est plus bon et c’est Yayi votre coin de soulagement.

Je suis juste TAÏROU pour vous tendre les nerfs. Sous Yayi, je vivais bien : grosses caisses, vacances en Europe et en Amérique latine pour « tirer » des métisses en faisant croire à Gi que j’étais en mission. Puisque Yayi m’avait même donné un passeport rouge, diplomatique bien après l’épisode du retrait du journal.

Aujourd’hui, je ne peux même plus aller au Togo voisin faute de moyen. Rester là à révéler votre degré d’hypocrisie. J’aime Yayi plus que vous tous. Mais je vais louer TAÏROU pour vous remuer et retourner l’estomac. C’est vous qui avez voté pour lui et il est arrivé se mettre au service de la Patrie et ça vous gêne.

Vous allez en souffrir mais vous ne pouvez rien. Vous avez intérêt à aimer Talon sinon c’est l’AVC qui va finir avec vous. C’est pour vivre tranquillement ma vie et faire contre mauvaise fortune, bon cœur, que je suis TAÏROU de la tête aux « pattes ». Ne venez pas à mon école. Vous allez souffrir et allez chercher le réconfort à Gbanamè où la petite va encore vous escroquer. Lol !

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR