Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Avec la présidence de l’Union progressiste: Quelle destination finale pour Joseph Djogbénou ?

Ce samedi 16 août juillet 2022 un grand changement a eu lieu à la tête du parti Union Progressiste. En effet, le président charismatique du parti Bruno Ange Marie AMOUSSOU a cédé sa place à l’ancien président de la cour constitutionnelle Joseph Djogbénou.

C’était à l’issue d’une réunion extraordinaire des membres du bureau politique dudit parti qui s’est tenue au Bénin Royal Hôtel de Cotonou. Comme il l’avait signifié le mercredi 13 juillet 2022 lors du point de presse qu’il a donné au Novotel Hôtel de Cotonou, l’ancien président de la cour constitutionnelle avait affirmé qu’il est prêt à assumer toute tache que lui confirait le Parti, et le voilà propulsé ce samedi 16 juillet 2022 à la tête du parti en remplacement de Bruno Amoussou. Il devient donc le nouveau président du Parti UP avec comme 1ère Vice-Présidente : TALATA CHABI Mariam et 2e Vice-Président : GBENONCHI Gérard.

Cet enchainement des événements avait mis la puce aux oreilles du peuple qui savait que le président de cour constitutionnelle ne pouvait pas démissionner tout simplement de son poste pour simplement se mettre à la disposition de son parti s’il n’y avait rien de prévu après avoir occupé une si haute fonction dans la hiérarchie du pouvoir. C’est parce que c’était prévu que une fois que le troisième homme fort du Bénin a quitté son confort. Et ce n’est pas encore l’aboutissement car l’homme n’a pas fini de gravir les échelons. Sans être un devin, il lui fallait prendre par ce chemin pour fédérer les différents bords avant la grande bataille de la présidentielle. Et pour cause, sur le plan politique au sein de l’Union progressiste même s’il y a des hommes aussi charismatiques que Joseph Djogbénou, comme le ministre d’Etat Romuald Wadagni, Didier Tonato et Aurelien Agbénonci, aucun d’eux n’a été propulsé à la tête du parti et 90% des cas, c’est le chef du parti que l’on présente aux élections à moins que ce dernier ne soit pas éligible comme Amoussou et Abdoulaye Bio Tchané.

 Les Béninois doivent encore s’attendre à voir l’homme bouger pour occuper un poste encore plus élevé.

Arnaud KOUMONDJI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR