Le Béninois Libéré
Image default
Benin

Audience à la cour constitutionnelle : Djogbénou reçoit le PDG de l’AGETIB-Bénin

Ce mercredi 29 juin 2022, le président de cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou  a reçu Raymond Adékambi à son cabinet.

Au cœur des échanges entre les deux personnalités, il a été question des 30 ans AGETIP-Benin créée depuis 1992.

En effet, AGETIP-Benin est une agence réputée dans l’exécution des travaux d’intérêt public au Bénin. Et cette visite de courtoisie, engagée par son président-directeur général se veut être une démarche orthodoxe pour informer le président de la cour constitutionnelle, de la commémoration des 30 années d’existence de sa société. Une initiative qu’à apprécier le président Djogbénou qui a promis d’honorer l’invitation de son frère Raymond Adekambi. À la sortie de l’audience avec l’autorité, le PDG de l’AGETIB-Bénin s’est prononcé face à la presse. 

Nel Charbel Koffi

Lire l’intégralité de ses propos 

« Nous sommes venus voir le Président de la Cour constitutionnelle d’abord pour une visite de courtoisie et ensuite pour lui parler des 30 ans de l’AGETIP-Benin. En effet, c’est depuis 1992 que l’Agence d’Exécution des Travaux d’intérêts publics au Bénin a été créée sous le nom de l’AGSD (Agence de Gestion de la Dimension Sociale de Développement). Nous sommes venus l’inviter officiellement aux festivités qui auront lieu sûrement en novembre prochain et il a promis d’y assister. On a profité aussi pour faire le bilan de l’AGSD et de l’AGETIP-Bénin des 30 ans pour lui dire que nous avons construit 4 800 salles de classe, nous avons exécuté beaucoup de projets avec les partenaires financiers, tels que la banque mondial, l’Union Européenne, la BOAD et surtout le Bénin en tant que maître d’ouvrage et que notre actionnariat qui est très élargi à plus de 100 personnes, il y a l’Etat qui est actionnaire de même que les communes du Bénin.

Nous avons profité de cette audience pour faire un plaidoyer auprès du Président de la Cour constitutionnelle, qu’il soit notre intermédiaire auprès des Instances pour que l’Etat puisse s’occuper mieux des petites et moyennes entreprises… Malgré que le Chef de l’Etat ait demandé aux entreprises étrangères de sous-traiter avec ces PME, nous constatons que beaucoup de PME tombent en faillite…..il y a lieu de faire un plaidoyer….. J’ai utilisé avec le Président Joseph DJOGBENOU, une expression 80-20. Le Président de la Cour constitutionnelle nous a donné beaucoup de conseils….. Il nous a dit ce qu’il faut faire pour que le Bénin puisse être plus prospère que maintenant ».

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR