Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Au sujet du rang politique des trois premiers partis : ET SI ON FAISAIT SIMPLEMENT DE L’ARITHMÉTIQUE : 1+1= 2 ?

(Chaque parti politique a les résultats des autres)

Les Democrates ont dans leur cahier de compilation des résultats par circonscription électorale, tous les scores des autres partis comme ceux de l’Up-Le Renouveau et ceux des autres y compris le Br. Alors, d’où vient cette chimie de  »on est premier » ?

Que le parti Les Démocrates qui crie depuis hier au vol de ses suffrages, sorte ses chiffres. Et aussi ceux du parti Br en sa possession, qu’on veut faire croire ne pas avoir réussi le cap des 10%. Quittons les émotions et soyons un peu normal pour ne pas dire réaliste puisque nous sommes en présence de chiffres connus de tous. Que le parti Les Démocrates donne enfin les chiffres de chacun des représentants des partis en lice. Puisque accrédités par leur parti et par la Cena, ils étaient partout pour sécuriser les votes de leurs militants. Toute chose qui revient à dire que le Br a toutes les compilations par circonscription électorale des résultats du parti Les Démocrates, ceux de l’Up-Le Renouveau et naturellement ses propres résultats. Même cas chez Les Démocrates qui ont à voix près, ceux des deux autres que sont le Br et l’Up-Le Renouveau. Ce qui revient à dire qu’il est aujourd’hui presque impossible pour l’Up-Le Renouveau qui ne cacherait pas de voler le Br et LD. Mais c’est impossible. Chacun a pu surveiller et détient les résultats de l’autre. Arrêtons donc de donner dans la bêtise et soyons un peu normaux.

Boni Yayi n’a jamais voulu de ces élections. Il en veut même à Éric Houndété d’avoir échangé avec le président Patrice Talon au sujet du consensus qui a abouti à la participation de LD à cette campagne. Il a grondé selon des sources proches de lui et généralement crédibles, sur Éric Houndété d’avoir accepté et respecté certaines conditions du président Talon. Pour lui, il pouvait maintenir sa ligne quitte à ce que le parti n’aille pas aux élections afin de durcir davantage les velléités dans le pays.

Personne ne connaît Yayi. Même pas Talon qui en favorisant sa nomination comme médiateur en Guinée, croyait le garder un peu loin de la campagne électorale dans son pays.

Yayi n’a jamais consenti à son départ du pouvoir. Il rêve toujours de le reconquérir et certainement par une tension comme si ses enfants Komi Koutché, Réckya Madougou, Joël Aïvo et Éric Houndété ne devraient jamais prétendre à la magistrature suprême.

Le simulacre des pleurs au domicile des Madougou à Parakou n’est que comédie. Car Yayi sait très bien où pleurer pour avoir la libération de ces prisonniers.

C’est Talon qui a la clé. C’est devant lui qu’il fallait augmenter la dose de comédie. Même si le cœur de Talon étant fait de bronze, il trouve souvent plaisir à les jouer sourd devant la volonté du peuple. Normal que ce dernier ne rate la seule occasion de le lui faire savoir par ce vote sanction.

Il ne sert donc à rien de jouer les Apollo tout puissant quand Dieu se décide à vous confier la destinée des autres. Et la colère de Dieu est démesurée pour frapper la désobéissance à la requête du grand nombre. Garder les Sébastien Ajavon, Komi Koutché, Léhady Soglo, Affo Djobo, en exil et Madougou, Aïvo et les autres en prison par des jugements tirés sur les cheveux a son prix. Sur l’échelle de 1000, la sanction du dimanche 8 janvier dernier n’est même pas au trois millième. Dieu ne dort pas et il faut ouvrir ses yeux aux signes précurseurs.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR