Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Atindéhou : « Autorisé à renoncer » différent de de « A renoncé » : DES JALOUX S’ATTAQUENT À LA JEUNE RÉUSSITE

(Athindéhou est Béninois et toujours Béninois)

La jeunesse béninoise n’est qu’une parfaite illustration de l’allégorie des crabes dans un panier. Pour le vivre, il suffit de laisser une centaine de crabes dans un panier sans couvercle. Trois jours plus tard aucun ne parviendra à se soustraire du lot. Dès qu’un individu en exprime le besoin, tous les autres vont l’en empêcher. Conséquence : tous resteront là, dedans.

Voilà la philosophie d’une certaine jeunesse au Bénin. Le jeune opérateur économique a eu le mérite du crime de réussir à quitter le club en allant en Europe. Il a réussi en Allemagne au point d’être éligible à la nationalité de ce pays pendant que ses camarades à 35 ans continuent de squarter le domicile familial.

Mieux, gérant de sociétés ici au Bénin où il est né et a passé plus de 20 ans, il tape dans les yeux d’un grand parti politique qui le choisit pour représenter ses couleurs dans la 6ème circonscription électorale.

Et voici le crime de trop. Il a tué Jésus et les Pharisiens de sa génération devront s’en occuper dans un procès en sorcellerie. Il faut donc l’envoyer à la potence. Il n’est plus Béninois. Il doit quitter le Bénin qui l’a vu naître.

Et la réponse du gouvernement béninois « EST AUTORISÉ À RENONCER » à sa nationalité, devient dans l’esprit tordu de certains, « A RENONCÉ » à sa nationalité. On peut comprendre que l’école nouvelle a porté un coup de frein moteur au génie béninois et les nouveaux programmes sont venus achever le job. Mais de là à confondre les deux groupes de mots, relève d’une sorcellerie juvénile qui risque de vampiriser toute notre jeunesse.

Certains ont même déjà vu le jeune prodige béninois en prison. D’autres pour nourrir leur jalousie bestiale l’ont déjà vu en brochettes servi au goûté du chef de la Rupture.

Pendant ce temps, inarretable, le jeune Corneille Atindéhou bien qu’étant retiré de la Br pour éviter au parti la mode de la mauvaise interprétation sous le prisme de la jalousie ambiante, continue de battre campagne ardemment au profit de sa maison, le Bloc républicain.

Bravo au jeune au mental en acier inoxydable. C’est un moral de gagnant comme l’aime le président Talon.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR