Le Béninois Libéré
Image default
Société

Assemblée Nationale/présentation de budget sectoriel 2022: Hêhomey évoque les 21 grands chantiers routiers

À la manière de ses autres collègues ministres, Hervé Yves Hêhomey, ministre des infrastructures et des transports, était ce mardi 30 novembre 2021 devant les députés membres de la commission budgétaire. Objectif, défendre le budget gestion 2022 de son ministère. Après lui, la présidente de la haute cour de justice et le médiateur se sont aussi livré au même exercice.

Le budget pour 2022 pour le compte de l’exercice 2022 au ministère des infrastructures et des transports est établi à 155 milliards 699 millions 451 mille Fcfa et se décompose en 3 milliards 863 millions 553 mille Fcfa pour le fonctionnement et en terme d’investissements, 151 milliards 835 millions 899 mille Fcfa. Ce budget est en accroissement de 46% par rapport à l’année passée. Les dépenses de fonctionnement ont connu une légère augmentation de 2% tandis que les investissements ont connu une hausse de 48%. Pour le premier semestre de l’année prochaine, il va s’agir de lancer les premiers appels d’offres pour les travaux. Il y a le dédoublement en deux fois deux voies de la route inter-Etats N°2 (La section Cotonou-Bohicon-Dassa). Il va y avoir un échangeur à Sica Toyota en partenariat avec la Coopération japonaise et à la descente de cet échangeur, nous avons le point zéro du projet dont je parle (…) Il y a également la liaison Sèmè/Porto-Novo en deux fois deux voies avec la construction d’un nouveau pont en deux fois deux sur la lagune de Porto-Novo. Nous avons d’autres projets, notamment Nikki-Kalalé, Kota-Kouandé-Pèhunco, Parakou-Béroubouay, Ouidah-Kpomassè, Tiélé-Matéri-Cobly, Guéné-Karimama, Godomey-Pahou-Ouidah, Anséké-Ouèssè, Bohicon-Tindji-Zakpota, Djougou-Pèhunco-Kérou-Banikoara, Béroubouay-Kandi-Malanville, Adounko-Porte du non-retour, Banikoara-Kérémou, Bétérou-Tchaourou, Ouèdo-Tori, Pahou-Tori, Wadon-Adjarra-Mèdédjonou-Porto-Novo et ses bretelles, Guessou Sud-Fo Bouré-Sinendé, Kétou-Idigny-Igbodja-Savè, Porto-Novo-Avrankou-Igolo…etc (…) Les axes sont nombreux. Il y a des axes en terre, des axes aménagés bitumés, des réhabilitations…

Cécile de Dravo Zinzindohoué, présidente de la Haute Cour de justice présente un budget de célébration

Le budget de la HCJ  a connu une hausse  parce que la Haute Cour de justice a comme projet pour l’année qui vient, de célébrer les 20 ans d’existence de l’institution. Ce n’est pas pour rien, affirme-t-elle pour justifier le contenu du montant alloué à son institution.

Malgré les hauts et les bas, les flottements dans l’environnement institutionnel, la Haute Cour de justice tient. C’est donc bien de faire partager à cette occasion, ce qu’elle a fait pendant les 20 ans. Ensuite, les écueils et le bonheur que la présence de cette institution a connus à travers la contribution à la consolidation de la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption. Il n’y a pas que cette ambition. Il y a aussi qu’il faut outiller les juges en les amenant à s’exercer dans les missions futures qui sont les leurs, celles de juger. Vous savez bien que la Haute Cour de justice n’est pas composée que de juges professionnels. Il y a des députés et les membres de la Cour constitutionnelle. Outiller les juges, c’est organiser des audiences de simulation dans un contexte un peu plus réel qui permet aux juges d’avoir l’habilité, de mieux maîtriser les textes.

Le médiateur pour défendre son budget

Le médiateur de  la République, Pascal ESSOU a laissé entendre que les crédits ouverts au profit du Médiateur de la République pour la gestion 2022 s’établissent à la somme de 460.393.000 Fcfa contre 400.803.000 Fcfa pour l’exercice 2021 (…)  Le Cadre de dépenses à moyen terme 2022 permettra l’atteinte des objectifs de modernisation et de sécurisation de l’administration du Médiateur de la République si les dépenses suivantes sont prises en compte. Il s’agit :

-l’appui institutionnel au niveau des délégations régionales pour leur fonctionnement et équipement en matériels roulants à quatre roues ;

-l’appui institutionnel pour le financement de la réfection des bâtiments du siège et des délégations régionales du Médiateur de la République ;

-l’appui institutionnel pour permettre aussi bien au niveau du siège qu’au niveau de ses délégations régionales, la mise en œuvre efficiente de certaines activités de visibilité.

Ernest F. Latoundji

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR