Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Assemblée nationale: Les propos de Gaston Dossouhoui, Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche

Voilà ce que Gaston Dossouhoui, Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, a déclaré après sa présentation devant la commission des finances.

« Nous sommes passés devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale pour présenter le budget du secteur agricole. Selon le cadrage, il est estimé à 87 milliards 895 millions Fcfa en augmentation de 13,2% par rapport à l’année 2021 dont le budget est de 77 milliards 700 millions Fcfa. La répartition de ce budget se présente ainsi qu’il suit : les ressources intérieures doivent l’alimenter à 74%, les dons à 9% et les prêts à 17%. Ce qui est caractéristique pour la projection que nous avons eu à faire, c’est de réduire sensiblement les dépenses ordinaires qui, malgré l’inflation et l’augmentation en termes de gestion au niveau de l’exploitation, sont restées au niveau de 37% et les ressources en capital à 63%.

Il nous faut maintenant investir dans notre agriculture pour qu’elle puisse décoller. Il faut accompagner franchement les opérateurs économiques privés pour qu’ils aient la facilité de financer le secteur agricole. Les priorités auxquelles nous nous sommes confrontées, c’est d’abord et avant tout de renforcer ce qui est acquis au niveau du Programme d’action du gouvernement (PAG1) et de dérouler les programmes et initier la problématique des grandes plantations et des grandes cultures que l’Etat se propose de mettre en place et de mettre après en concession.

A cet effet, nous mettons d’abord le phare sur la satisfaction des producteurs en matière d’intrants (semences, engrais, pesticides et autres), la satisfaction sur la maîtrise de l’eau, la satisfaction sur la mécanisation avec des équipements beaucoup plus diversifiés pour plusieurs opérations afin de réduire pénibilité du travail. Un volet spécial est prévu pour l’élevage où nous allons vers la sédentarisation, le développement de l’alimentation des animaux à partir des résidus de récoltes et les produits de notre agriculture. La pêche connaîtra un accroissement avec la qualité des alevins que nous mettons à disposition et surtout l’alimentation des poissons. Si tout cela était fait dans un dispositif qui nous permet aussi de valoriser l’irrigation, la maîtrise de l’eau et la mécanisation, je pense que nous avons de très bons jours devant nous… »

Les réactions des députés

« Les sentiments que j’ai après les questions de presque tous les députés présents à la discussion me font croire qu’ils sont tous intéressés par le secteur agricole. Evidemment ! Chacun de nous chaque jour doit pouvoir manger. Les députés sont préoccupés par la qualité des prestations que nous offrons, la disponibilité en intrants. La tendance est à l’augmentation du prix des intrants. Par rapport à cela, il va falloir que l’Etat réfléchisse bien afin que le paysan ne soit pas le seul à supporter le coût. Les députés sont intéressés par la régulation sur nos marchés, par la construction d’infrastructures de stockage, la qualité des transformations dans lesquelles nous sommes en train d’accompagner des gens (la traçabilité et la certification de nos produits), par la mise en place des intrants nécessaires et à bonne date, mais à coût social.

Aujourd’hui, beaucoup de députés se frottent la main de ce que les promesses faites l’année dernière ont été tenues et qu’il y a de nouveaux projets dans les régions qui permettront de faire vraiment progresser notre secteur… »

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR