Image default
Economie

APRES CINQ ANS A LA TETE DE L’ECONOMIE BENINOISE : Wadagni dresse un bilan de son action

« Avoir l’opportunité de travailler aux côtés du président Patrice Talon à la mise en place et à l’exécution d’un programme ambitieux qui assainit et prépare le Bénin pour le futur.

Ce programme contient une batterie de réformes et d’investissements structurants pour l’ensemble des secteurs d’activités, particulièrement l’économie et les finances, et vise à mettre le pays sur les rails du développement, en nous fournissant les conditions d’une croissance durable », a dit Romuald Wadagni, Ministre de l’économie et des finances du Bénin au cours d’une interview à Matthieu Millecamps envoyé spécial de Jeune Afrique.

En effet, pendant cinq ans, le jeune ministre Wadagni a été l’un des principaux moteurs qui ont tiré l’économie béninoise vers le haut et avec une place importante sur l’échiquier international de l’économie. Si durant les cinq dernières années, la Rupture a pu financer les infrastructures socioéconomiques et mettre en place un certain nombre de réformes, c’est grâce à sa capacité à trouver l’argent, les fonds pour alimenter les caisses de l’Etat. Sa maitrise du marché international a permis au pays de bénéficier des bonds obligataires et récemment des Eurobonds d’une valeur 1 milliard d’euros : le premier de 700 millions d’euros, sur sept ans, avec un taux de 4,875 % ; le second de 300 millions d’euros, sur trente et un ans, avec un taux de 6,875 %.Sur le plan de la gestion des crises qui ont secouées le pays, il ne s’est pas laissé ébranler et a géré de main de maitre la fermeture des frontières par le Nigeria qui a duré plus d’un an.A cela, il faut ajouter la crise du Covid-19. Et là également, le ministre Wadagni a su prendre les mesures qu’il fallait pour juguler la crise. Aujourd’hui, le Bénin a l’un des plus faible taux en matière de cas confirmés et de morts. Trois fois nominé meilleur ministre des finances de l’année, il fait partie des personnalités les plus influentes du continent africain. Avec le président Patrice Talon, le ’’métronome’’ et les autres ministres, la magie a été opéré durant les cinq années qui viennent de s’écouler et pourrait se répéter, si tout va bien, les cinq nouvelles années qui viendront, si le président est réélu et s’il est toujours à la tête de son ministère. Ce qui jusqu’à preuve du contraire ne souffre d’aucun doute.

Arnaud KOUMONDJI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR