Le Béninois Libéré
Image default
Société

Affaire « Bastonnade au palais Ogboni »: Owolobè condamné avec sursis (La décision de la Cour d’appel)

Le dossier « Bastonnade au palais Ogboni » a connu enfin d’évolution. La Cour d’appel de Cotonou a rendu le vendredi 17 juin 2022, un nouveau verdict après celui du Tribunal de première instance de première classe de Cotonou le 26 octobre 2021. Selon la décision rendue par le juge, Kabiessi Owolobè a été condamné à 36 mois soit 03 ans de prison avec sursis et à une amende de 100 000 francs Cfa. Des huit ministres de la confrérie poursuivis dans le dossier, quatre ont fait appel. Ces derniers ont été condamnés à 12 mois de prison ferme et à une amende de 100 000 francs Cfa chacun. Il s’agit de Yèkini Adébayo, Jordy Houéto, Germain Adanlé et Ludovic Tchénavè. Quant aux autres quatre ministres qui n’ont pas fait appel, ils ont été condamnés à 18 mois de prison ferme et à une amende de 100 000 francs Cfa chacun. Il s’agit de Alice Bidouzo, Germaine Gbaguidi, Louis Tchogninou et Williams Nanhounmè. En plus des amendes à payer, Kabiessi Owolobè et ses huit ministres devront payer ensemble comme dédommagement à la victime une somme de 7. millions de francs Cfa.

Rappel des faits

Pour rappel, les faits remontent à la nuit du 23 au 24 juin 2021. Tout est parti de la diffusion de vidéos de flagellation d’un jeune homme sur les réseaux sociaux le week-end du 18 juin 2021. En effet, des images insoutenables, accompagnées d’un audio du jeune homme, secrétaire au palais de la confrérie, battu par des ministres de l’empereur mondial de la confrérie Ogboni suite à une opération de Mobile money, ont inondé la toile. Sa majesté Kabiessi Owolobè ainsi que huit de ses ministres ont été interpellés et présentés au procureur de la République le 19 juillet 2021. Suite à l’audience, l’empereur des Ogboni a été mis sous convocation. Quant aux huit ministres, ils ont été déposés en prison. Après la décision du Tpi de Cotonou et l’appel interjeté par des ministres, la Cour d’appel a vidé le dossier hier, vendredi 17 juin, à la grande satisfaction de la victime qui remercie la justice et le gouvernement béninois pour le traitement réservé à l’affaire.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR