Le Béninois Libéré
Image default
Politique

À l’origine du débarquement forcé de Amoussou de la tête de l’Up : LA « RENARDERIE » QUE TALON LUI REPROCHE

Talon, c’est la fidélité. Ce n’est pas pour rien qu’il respire toujours du Olivier Boko malgré la prière de certains. Idem pour le ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané que certains ont enterré vivant plus de cent fois déjà pendant qu’il est toujours là dans le cœur de l’homme. Ces deux-là ne feront jamais de bébés dans le dos déjà squelettique par l’usure du pouvoir, du président Talon.

Voilà ce que veut le numéro 1 de la Rupture. Il ne veut avoir des raisons de douter d’un proche. Et quand c’est le cas, il est plus pernicieux à l’encontre de celui-ci de telle sorte que le diable lui-même est tenté de venir à son école prendre des cours.

Amoussou Bruno déboulonné de la tête de l’Up où il était vicé avec 83 boulons ne pouvait s’attendre à une telle chute. Mais comme rien ne résiste à la décision du maître de son art, il n’a pas fallu trois semaines au garagiste en chef de la maison pour trouver le dégrippant approprié et se servir d’une clé à laine 23 pour déboulonner le vieux.

Amoussou qui avait l’avantage de la rouille ne pouvait se savoir aussi vulnérable. Et la campagne que préparent ses petits du Couffo sous l’autorité du député Gbénonchi pour dire aux populations que c’est le patriarche lui-même qui a décidé de cette retraite, n’enlèvera rien à la réalité que Talon l’a débarqué pour faute grave pour le faire remplacer par la fidélité, la loyauté elle-même.

Amoussou selon certaines sources proches de la présidence de la République, aurait repris avec ses « renarderies ». Habitué à connaître seul là où il va, il a commencé par prendre des attaches avec un membre influent de l’opposition au régime Talon et même contre la personne même du chef.

Étant proche géographiquement de cet homme politique en conflit avec Talon, ce qui paraissait comme des contacts de bons offices, a pris selon certains services spéciaux du régime, les allures d’une fraternité, une amitié et une collusion contre Talon pour le toucher au nerf sciatique. Toute chose dont le président Talon qui a déjà horreur que ses visiteurs donnent des présents à ses gardes, déteste.

Conséquence : il a décidé de punir le vieux pour donner l’exemple. Voici pourquoi le débarquement de l’ancien patron de l’Up n’a plus fait l’objet d’aucune déférence due à son rang. Les départs des autres briscards, Kolawolé Idji, Mathurin Nago et les autres, n’ont été la poudre aux yeux du peuple pour camoufler l’esprit punitif du débarquement de Bruno Amoussou.

Avis donc à ses renardeaux qui oseront remuer les oreilles contre l’homme de confiance que le président a placé pour sauver la maison un peu infestée.

Comparaison n’étant pas raison, ceux qui rêvent du départ de Abdoulaye Bio Tchané de la tête du Br n’ont qu’à reprendre leur mal en patience. Il ne ruse pas. Il est Talon et Talon est plus que fidèle en amitié; d’où sa grosse faiblesse de faire un remaniement ministériel en profondeur.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR