Le Béninois Libéré
Image default
Politique

A l’origine du conflit idiot entre les deux blocs du président Talon : CHABI TALATA, LA PLAIE À SOIGNER

Pendant que le président Djogbénou se bat en multipliant d’élégance pour grandir son parti même en arrachant des hommes au Br, Abdoulaye Bio Tchané de même pour gagner les élections du 08 janvier, la vice-présidente du Bénin, elle se comporte comme un éléphant aveugle dans une boutique de porcelaines.

L’une des préoccupations majeures des militants Br à la récente tournée nationale du Sgn Abdoulaye Bio Tchané, a trait aux difficultés rencontrées par les enseignants militants dans le Br.

À l’unanimité,  ils se plaignent de la misère que leur font les cadres de l’ancienne Up et surtout le ministre Kouaro Chabi. Sous chantage permanent de rallier à l’Up ou la mort, ils se demandent parfois s’ils sont toujours des citoyens de ce pays ayant des droits de militer dans un parti de leur choix.

Mais tout en partageant leurs difficultés,  le Sgn Br, Abdoulaye Bio Tchané fait souvent bien de relativiser ces difficultés tout en leur promettant de s’investir personnellement auprès de ses autres collègues du gouvernement pour plus de rationalité et de justice dans la gestion de la carrière de ces enseignants.

C’est ce qu’on appelle, se servir de la sagesse, de l’expérience et de l’élégance pour régler ou tout au moins déplacer un problème.

Une aptitude qui manque cruellement à une femme de surcroît, la vice-présidente de la République du Bénin. Car, madame Chabi Talata très grossière dans ses approches ne sait pas qu’on ne fait ni ne dit tout.

Il faut déjà retenir, que le fait d’avoir été élue en duo avec le président Talon, l’obligeait à une rectitude pour ne pas prendre grossièrement et ouvertement position contre le Br.

Mais comme elle est comme un cheveu dans la soupe, tout lui est permis. L’élégance n’est pas son fort. Et c’est alors qu’elle dit en pleine tournée au Nord, que : «Les enseignants sont des militants naturels de l’Union Progressiste le Renouveau». Autrement dit, tout le corps enseignant béninois doit se fondre dans ce parti comme pour dire que tout refus à ce diktat exposerait les « contrevenants » à de grosses représailles.

Il est maintenant temps que le président Talon qui nous a fabriqué cette difficulté de conception du bien et du beau en politique, raisonne cette femme pour le bonheur de la démocratie.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR